03/07/2006

Critique Livre : Creepers, de David Morrell

Il existe, en littérature, comme au cinéma d’ailleurs, des séries « b » sans prétention, mais qui s’avèrent rapidement tout aussi passionnante que les grosses machines promotionnées à grand coup de millions. Creepers, de David Morrell, fait partie de ces romans qui ne verront jamais la lumière du jour en français (enfin, il ne faut jamais dire jamais, mais je doute…) tout simplement parce qu’il ne correspond pas au style habituel de son auteur. Connu pour avoir créer Rambo, avant que Sly Stallone n’en fasse une îcone triomphante de l’Amérique reaganienne, Morrell est ensuite devenu un bon client dans la catégorie « complot politique » et « intrigue complexe ». Creepers est à mille lieues de tout cela, puisqu’il prend pour personnages centraux, des explorateurs urbains, ces amateurs de bâtiments promis à la démolition où s’entassent les souvenirs d’autres temps. Lorsque le roman s’ouvre, nous accompagnons un journaliste sur les traces de ces explorateurs, lancés dans le découverte d’un ancien hôtel, construit jadis par une sorte de Howard Hughes pas net. Evidemment, ce qui devait être une promenade de santé, ou presque, vire rapidement au cauchemar : l’hôtel est une véritable chausse-trappe géante et les explorateurs ne sont de toute évidence pas seul à rôder entre les murs rongés par l’humidité et les rats.De main de maître, Morrell nous projette de scènes d’action en surprises, de révélations en situation d’une violence soudaine, avant de nous emporter, comme ses personnages, dans un torrent de pluie, de boue et de débris du passé.Bien entendu, ce Creepers ne remportera jamais de prix littéraire et les réactions de certains personnages peuvent faire sourire par leur côté stéréotypé, mais tout comme le « gentil » s’identifie sans mal aux premières images d’une série « b », les codes ici mis en place font partie du plaisir de la lecture pour les amateurs… Et pour les autres !

09:48 Écrit par Chris | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.