03/07/2006

Critique Livre : Vous Revoir, Marc Levy

Dans une interview que vous pouvez retrouver sur Lire est Un Plaisir, Marc Levy présente cette suite de « Si c’était vrai… » avec toute la sincérité d’un auteur amoureux de chacune de ses créations… Et loin de moi l’idée de douter de la véracité des sentiments du bonhomme. Après tout, « dans sa branche », la comédie romantique agrémentée d’un zeste de fantastique, Marc Levy est plutôt le maître jedi incontesté… Même si Guillaume Musso, petit padawan trop vite associé au sympathique barbu, lui chatouille chaque année un peu plus les doigts de pieds avec sa plus grande versatilité… Mais là n’est pas le propos.L’homme est sincère donc… Son livre un peu moins… Tout simplement parce que Vous Revoir accumule les mêmes erreurs que n’importe quelle séquelle hollywoodienne emballée sans grand enthousiasme. N’est pas Coppola qui veut et Le Parrain 2 reste une exception trop rare dans le paysage des suites capables de détrôner les originaux. Et si même on ne parlait pas de « détrôner », mais simplement d’égaler, en plaisir de lecture, Vous Revoir manque encore le coche. Pas de vingt mètres, le tir était presque cadré, mais les joueurs semblent avoir cafouillés dans le grand rectangle (ça y est, moi qui déteste le foot, la Coupe du Monde s’invite par osmose dans mes textes maintenant…). Le retour de Lauren et Arthur ressemble trop à une sorte de best-of de leurs premières aventures, les personnages principaux ayant simplement échangé leur place… sous la houlette d’un auteur tout puissant qui s’amuse plus qu’il ne nous amuse à jeter des obstacles inutiles sur la route de ses héros. L’exercice tourne à vide, le suspense semble sans enjeu (pas question de vous révéler la fin, mais franchement, pas besoin d’aller cherche bien loin…) et le sommet est atteint lorsque des informations sur certains personnages nous sont livrées dans de petits paragraphes inutiles, qui ressemblent davantage à des notes prise à la va vite qu’à de réelle exercices littéraires.Au final, on ne peut pas en vouloir à Marc Levy d’avoir cédé à la pression populaire (autant qu’à celle des studios ? honnêtement, le développement de cette intrigue fait parfois penser à un séquelle prête à tourner… dont la mise en chantier aurait été condamnée par la contre performance de « Si c’était vrai » au cinéma…) mais pour les vrais amoureux de son premier roman, peut-être vaut-il mieux se contenter d’imaginer cette suite plutôt que de la découvrir noir sur blanc.

10:12 Écrit par Chris | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.