07/07/2006

Critique Livre : Opération Silverfin (James Bond)

Alors que les nouvelles aventures cinématographiques de James Bond débouleront sur nos écrans en novembre prochain, aventures lors desquelles l’agent secret de sa Majesté changera de binette pour la cinquième fois de sa carrière, la carrière littéraire de 007 était plutôt en veilleuse ces dernières années. Certes, John Gardner ou encore Raymond Benson s’étaient attelés dans les années 80 et 90 à entretenir discrètement le feu bondien, mais la diffusion de ces histoires inédites étaient, au mieux anecdotiques. Avouons aussi que la nouvelle génération des thrillers et autres histoires d’espionnage moderne (Tom Clancy, Robert Ludlum, Lee Child…) mettait un peu à mal la formule Flemming, profondément ancrée dans la Guerre Froide et ses mécanismes.

La surprise devait venir des ayants droit de l’héritage littéraire de Ian Flemming, avec l’annonce de la mise en chantier d’une série « Young Bond », consacrée à la jeunesse de l’agent secret. Certes, la succès phénoménal d’Harry Potter et de la littérature jeunesse en général, n’était pas pour rien dans cette décision. Quitte à « réinventer » - notion décidemment très à la mode - James Bond autant le faire en direction d’un public avide de nouvelle lecture.Ce que nous pouvait pas prévoir les bailleurs de fonds de cette opération apparemment lucrative, c’est que le succès dépasse de loin la simple « niche » des jeunes lecteurs !Dans Silverfin, on retrouve James Bond jeune adolescent au caractère déjà trempé, frappé de plein fouet par la mort de ses parents et obligés de se reconstruire dans la peau d’un orphelin. Le destin le jettera, lors de ses premières vacances, sur le chemin d’un scientifique mégalomaniaques près à tout pour dominer le monde !

Si la formule bondienne ne change pas, ce qui fait la force des nouvelles aventures écrites par Charlie Higson c’est son profond respect pour le lecteur… quel que soit son âge. L’histoire est rondement menée, les personnages échappent à la caricature, les scènes d’actions ont toute la puissance d’évocation des blockbusters d’aujourd’hui… Et dans le même temps, Higson parvient à semer dans sa narration des éléments clairement destinés au public adulte, connaisseur de l’univers de Bond. Mieux, il se permet de subtils références qui ne ralentissent en rien son récit, mais sont de véritables pépites pour le lecteur mature.Un soi-disant « coup médiatique » qui devient un roman plus que recommandable ? Franchement, que demandez de plus ?

10:42 Écrit par Chris dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.