31/03/2007

Le Nouvel Harlan Coben...

cobenIl est assez amusant de voir aujourd'hui une partie de la presse généraliste s'emparer de la Coben-mania, après le succès mérité du long métrage de Guillaume Canet. Avec un temps de retard qui n'a d'égal que le snobisme dont font preuve certains à l'égard de la littérature populaire, une frange de la critique se pique soudain de trouver ce grand type venu du New Jersey « extrêmement sympathique », « tellement talenteux » ou encore «vraiment naturel et abordable ». Ah, nous vivons une époque formidable tout de même ! Pour rappel nous avions eu la chance immense de rencontrer Coben lors de son passage en France, l'année dernière. Il nous offrait alors, en quelques mots, l'intrigue de ce « Promets-Moi », aujourd'hui en tête des listes de vente.Soit Myron Bolitar, personnage récurent des premiers romans de Coben, surprenant un jour une conversation entre deux adolescentes.Effrayé de les entendre parler de virée trop arrosée, Myron n'écoute que sa conscience et son complexe de Superman, avant de glisser sa carte aux deux gamines. Non sans leur faire promettre de le contacter si d'aventure, elles se trouvaient larguées dans un coin ou l'autre de New-York. Evidemment, cela ne rate pas, quelques jours plus tard, Myron ramène une des gamines... Et elle disparaît sans laisser de trace.Pour ce retour aux affaires de son personnage fétiche, Coben concocte comme à son habitude, un suspense touffu, tissé de fausses pistes, lardé de scènes de suspense et saupoudré de solides touches d'humour. Avec sa galerie de personnages haut en couleurs, directement issus du polar « parodique » à l'américaine (Bolitar doit beaucoup à la série Elvis Cole de Robert Crais), Promets-Moi parvient à faire la synthèse entre le Harlan Coben des detective-stories un rien décalées et le créateur de best-sellers humanistes qu'il est devenu depuis la sortie de Ne Le Dit à Personne. Une belle somme donc... dont l'intrigue aurait gagné en intensité allégée d'une quarantaine de pages... Mais quand on aime, on ne compte pas !

01:06 Écrit par Chris dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.