31/05/2007

Avis Ciné

barbossaLes Pirates des Caraïbes, Jusqu’au Bout du Monde

Voici donc que flottent à l’horizon les voiles de la troisième aventure de Jack Sparrow… Ou plus exactement la seconde partie d’un ENORME film de pirates, puisqu’il est inutile de vouloir aborder cette « suite » sans avoir vu Le Secret du Coffre Maudit.

Un Secret qui en avait déçu plus d’un, avec son mélange de tonalité parfois inattendue – voir le côté très cartoon de l’épisode sur l’île aux cannibales, puis la noirceur humide et quasi dérangeante des scènes à bord du Hollandais Volant – et son fil narratif pour le moins tarabiscoté.

Ce chapitre final reste dans la droite ligne du second opus… mais y ajoute une notre crépusculaire et humaine qui fait chaud au cœur. Paradoxale l’idée d’un crépuscule qui réchauffe les entrailles ? Certes. Mais en même temps, cela fait plaisir de voir que les scénaristes, comme le metteur en scène et surtout le producteur n’ont pas cédé aux sirènes de la facilité et réserve aux spectateurs, comme à tous les personnages de cette grande aventure, un destin moins évident qu’il n’y parait.

Ajoutez à cela des scènes d’action époustouflantes, une final qui restera dans les tablettes comme le plus épique, mais aussi le plus lisible sur un plan cinématographique, de cet été 2007 et l’on pourra alors pardonné le défaut récurrent de cette solide trilogie : une longueur un chouïa excessive et le développement un rien bancal de sous-intrigue inutile (le métrage ne souffrirait en rien de voir disparaître Calypso et ces vociférations inutiles de fin de bobines…).

Ah, j’oubliais d’encore signaler que Johnny Depp est princier dans le rôle incontournable du Capitaine Jack, mais cela, la presse entière s’en sera chargé à ma place… Je préfère, pour le coup, mettre l’accent sur l’excellent Geoffrey Rush, impérial sous le chapeau de Barbossa et contrepoint flamboyant mais tout en retenue d’un Sparrow totalement halluciné… au sens propre comme au sens figuré.

14:04 Écrit par Chris dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.