31/05/2007

Avis Ciné

barbossaLes Pirates des Caraïbes, Jusqu’au Bout du Monde

Voici donc que flottent à l’horizon les voiles de la troisième aventure de Jack Sparrow… Ou plus exactement la seconde partie d’un ENORME film de pirates, puisqu’il est inutile de vouloir aborder cette « suite » sans avoir vu Le Secret du Coffre Maudit.

Un Secret qui en avait déçu plus d’un, avec son mélange de tonalité parfois inattendue – voir le côté très cartoon de l’épisode sur l’île aux cannibales, puis la noirceur humide et quasi dérangeante des scènes à bord du Hollandais Volant – et son fil narratif pour le moins tarabiscoté.

Ce chapitre final reste dans la droite ligne du second opus… mais y ajoute une notre crépusculaire et humaine qui fait chaud au cœur. Paradoxale l’idée d’un crépuscule qui réchauffe les entrailles ? Certes. Mais en même temps, cela fait plaisir de voir que les scénaristes, comme le metteur en scène et surtout le producteur n’ont pas cédé aux sirènes de la facilité et réserve aux spectateurs, comme à tous les personnages de cette grande aventure, un destin moins évident qu’il n’y parait.

Ajoutez à cela des scènes d’action époustouflantes, une final qui restera dans les tablettes comme le plus épique, mais aussi le plus lisible sur un plan cinématographique, de cet été 2007 et l’on pourra alors pardonné le défaut récurrent de cette solide trilogie : une longueur un chouïa excessive et le développement un rien bancal de sous-intrigue inutile (le métrage ne souffrirait en rien de voir disparaître Calypso et ces vociférations inutiles de fin de bobines…).

Ah, j’oubliais d’encore signaler que Johnny Depp est princier dans le rôle incontournable du Capitaine Jack, mais cela, la presse entière s’en sera chargé à ma place… Je préfère, pour le coup, mettre l’accent sur l’excellent Geoffrey Rush, impérial sous le chapeau de Barbossa et contrepoint flamboyant mais tout en retenue d’un Sparrow totalement halluciné… au sens propre comme au sens figuré.

14:04 Écrit par Chris dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

20/05/2007

Avis Livre

jamesComme une Tombe, de Peter James

Quatre amis décident d'enterrer, littéralement, la vie de jeune homme d'un cinquième larron. Cercueil, tombe perdue au milieu des bois, cérémonial macabre, le tout largement arrosé de bières et d'alcools forts. Une blague de très mauvais gout qui vire au cauchemar total lorsque les quatre garçons périssent dans un terrible accident de voiture, vingt minutes après avoir enterré le futur marié... sans en avoir parlé à quiconque.

Voilà le point de départ de la première aventure de Roy Grace, personnage récurent concocté par Peter James, dont le succès va grandissant en Europe depuis quelques mois. Un succès mérité, puisque James n'a pas son pareil pour pousser le suspense à son paroxysme, tout en cultivant un humour très sombre, typiquement british. Seul regret, la dernière partie du roman, qui emprunte des chemins très balisés et s'étend inutilement, alors que l'intrigue principale est clairement résolue.

Si vous désirez retrouver mon interview de Peter James, captée lors de la Foire du Livre (attention, c'est de la V.O. anglaise !) :Cliquez ici

18:36 Écrit par Chris dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

18/05/2007

Avis DVD

algoreUne vérité qui dérange, de Al Gore... Bon, tout le monde en parle, la conscience écologique de certains de nos décideurs publics me fait bien marrer, mais je voulais juger sur pièce ce fameux document dont une partie de la classe "bobo" s'est emparée... Résultat ? N'est pas Michael Moore qui veut. Avec une certaine maladresse, Gore mélange la capture de sa conférence, plutôt bien faite et accessible, avec des vignettes perso qui dégouline de bons sentiments "à l'américaine". Vous me direz, c'est normal, il EST américain... Ok. Mais cela réduit d'autant l'impact de ce document qui démontre non seulement que nous avons une influence sur notre climat... Mais que nous avons également les connaissances technologiques pour faire marche arrière.

Un DVD essentiel donc, mais donc la forme laisse à désirer.

22:34 Écrit par Chris dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

16/05/2007

Avis Ciné

spideySpiderMan 3, de Sam Raimi

Sans doute un des blockbuster les plus attendus de l'été 2007 avec la troisième aventures de Johnny Depp dans la peau du Capitaine Jack, Spiderman 3 ouvre le bal d'une saison riches en triplette.
En résumé, cette troisième aventure de notre tête de toile parviens à surpasser le premier opus... mais certainement pas à retrouver la grâce et l'équilibre du second long métrage. La faute à quoi ? Sans doute à Vénom, cette incroyable incarnation maléfique de Spidey, véritable défi des effets spéciaux... que Sam Raimi traite sans complexe comme une excroissance dispensable au coeur d'un scénario qui n'avait pas besoin de cet enjeu supplémentaire pour passionner.La narration aurait pu totalement fonctionner si l'histoire s'était concentrée sur Sandman (dans le rôle de l'incontournable méchant...) et le combat que mène Peter contre son propre côté obscur. Raimi aurait alors pu développer le conflit et non l'expédier en quelques minutes. On a d'ailleurs ici l'impression que Peter enfile, puis se débarrasse du sombre costume en quelques heures ! Mais Avi Arad, grand ponte de la Marvel, sous la pression des fans, voulait de ce Vénom... Que le bon sens aurait sans doute du réserver à un Spidey 4 shooté sous la houlette d'un réalisateur moins passionné par le Spiderman de la période classique.

Plus positivement, je m'en voudrais de ne pas tirer mon chapeau aux acteurs du films (et de la série dans son entièreté) qui sont de loin les meilleurs de la nouvelle vague des films de super-héros qui déferle sur nos écrans depuis quelques années.

21:58 Écrit par Chris dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Critique Livre

lightDying LightDe Stuart McBride, en VO

En mars dernier j’évoquais, sur Lire est Un Plaisir, avec plaisir ma découverte du premier roman de Stuart MacBride, Cold Granite. Lecteur compulsif je m’étais tourné vers le web pour voir où en était la production littéraire de cet écossais pure souche, douté d’un sens de l’humour ravageur. Là, bingo ! puisque je découvre que Dying Light est déjà sur les étagères de toutes les bonnes librairies anglo-saxonnes et raconte de nouvelles aventures de l’inspecteur Logan McRae. Je ne sais quand Michel Lafon nous fera le plaisir de lâcher cette seconde bombe, mais je peux déjà vous dire que « c’est de la bonne ». Exactement comme dans Cold Granite, MacBride a le chic pour nous faire partager le quotidien de la police d’Aberdeen avec un réalisme époustouflant.Lorsqu’un supposé tueur en séries s’attaque à des prostituées, pas question de faire table rase du reste pour plonger comme un seul homme sur « l’affaire » sans trop se préoccuper de faire tourner la baraque. Au contraire ! Tiraillé, rongé par une opération qui a mal tourné et entraîné un de ses collègues dans le coma,, houspillé par ses supérieurs et confronté aux remous de la vie de couple, l’inspecteur McRae est loin, très loin des clichés du superflic capable de profiler un assassin en mâchonnant en donuts et en rechargeant son arme cachée derrière son dos ! Et c’est bien cela qui fait mouche. MacBride sais ménager le suspense, glisser quelques scènes d’action ou filer le frisson, mais il le fait avec un réalisme qui force le respect… sans pour cela ennuyer le lecteur avec des descriptions interminables ou une narration trop proche du compte-rendu de police. MacBride marche sur un fil tendu entre les berges des fleuves Dee et Don… Et le lecteur suit son numéro de funambule avec délectation.Ah au fait, Broken Skin, le troisième opus des enquêtes de McRae sort ce 1erMai… Je vous en parle bientôt, en primeur !

21:35 Écrit par Chris dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |