23/06/2007

Rencontre

drcorthoutsmrchattam_webNouvelle et intéressante discussion avec Maxime Chattam, mercredi dernier au Forum de la FNAC à Bruxelles. J'ai eu la chance d'animer une rencontre avec l'auteur de Prédateurs et de discuter avec lui de son présent et de son futur ! J'ai également réalisé, il y a quelques semaines, une interview vidéo qui sera mise en ligne sur Lire est un plaisir d'ici quelques jours...

22:19 Écrit par Chris dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Encore raté !

mystereTout comme mon ami Christophe Lambert, j'ai tenté de regarder le premier épisode de "Mystères", série de l'été mâtinée d'éléments d'imaginaire, proposée sur la RTBF... Et c'est encore... raté! Les scénaristes ont tenté une très maladroite compilation de ficelles éculées (les miliaires conspirateurs, même un hypothétiques X-Files 2 n'oserait plus s'y risquer...) noyée dans une saga familiale comme en réclame les patrons de chaînes, un oeil sur les courbes d'audience moisies du Château des Oliviers... Tout cela sans compter un mise en scène plan/plan qui ne peut vraiment plus s'expliquer par un manque de moyen ! Le premier petit génie d'After Effect venu semble capable de bien plus d'audace que tous les producteurs français de télé réunis. Evidemment, l'Imaginaire n'a rien à y gagner, le fantastique étant réduit ici à une ribambelle de clichés. Allez, j'vais refaire un petit DVD des "4400" moi...

21:52 Écrit par Chris dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

22/06/2007

Avis Ciné

shrekShrek Le Troisième

Après une troisième aventure de Spider Man et du Capitaine Jack Sparrow, c'est au tour de l'Ogre de Dreamworks se venir faire un troisième petit tour de manège sur les grands écrans. Résultat ? Loin, très loin d'une réussite et surtout bourré de rendez-vous manqués !

Avec cette troisième aventure de Shrek et sa bande, on comprends, en filigrane, ce que les scénaristes rêvaient de mettre sur pied : une réflexion sur le rôle du père et des responsabilités qu'impliquent un grand pouvoir. Le problème ? Les enjeux sont noyés dans une trame narrative sans rebondissement notoire et surtout sans réelle tension dramatique. Le "voyage" de Shrek pour retrouver le futur roi Arthur est un aller-retour mou du genoux, Merlin l'enchanteur est gentiment sous-exploité et surtout, le mythe des chevaliers de la table ronde, qui aurait pu faire l'objet d'une savoureuse relecture, est traité par dessus la jambe, dans une parodie à peine drôle d'université américaine.

Pire, peut-être, Shrek a perdu la quasi totalité de son caractère de marginal et se contente d'évoluer distraitement dans des décors toujours aussi réussis... L'Ane et le Chat Potté jouent les faire-valoir sans saveur (et leur "échange de personnalité" ne débouche sur rien !) et Prince Charmant n'est pas crédible une seconde dans le rôle de l'usurpateur machiavélique...

Quant au double niveau de lecteur enfant/adulte qui faisait la force des deux premiers opus, il en reste quelques brides éparses qui ressemblent davantage à des remaniements scénaristiques de dernières minutes qu'à de réelles idées nées de l'intrigue.

En bref, ce Shrek 3 ne restera pas dans les mémoires, même si le rendu de l'animation a encore fait d'énormes progrès et si certaines scénettes arrachent un sourire.

23:24 Écrit par Chris dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

01/06/2007

Avis Livre

manitouAnnoncé depuis un certain temps chez Bragelonne, Du Sang Pour Manitou sort enfin chez cet excellent éditeur francophone qui n'a pas peur de mettre en avant la terreur dans ce qu'elle a de plus viscéral.Critique donc...

Avec Du Sang pour Manitou, Graham Masterton retourne aux origines de son style et effectue une fois encore la fusion presque parfaite entre la terreur, l’humour british totalement décalé et des préoccupations contemporaines.L’histoire débute comme un thriller horrifique « classique » alors qu’une étrange et meurtrière épidémie semble frapper New-York. Certains habitants souffrent de fièvre et vomissent des flots de sang … qui s’avère ne pas être le leur.Entre en scène Harry Erskine, le héros des trois premiers romans de la série « Manitou » (et de quelques autres épisodes), sorte de détective de l’étrange, vrai médium, faux diseur de bonne aventure, ayant déjà tant souffert de ses excursions dans le paranormal qu’il finit par regarder la vie avec un détachement hilarant. C’est évidemment à travers les yeux de Harry que nous allons vivre cette nouvelle aventure où le Manitou, méchant de service, semble dans un premier temps, ne pas avoir sa place… Je n’irai pas plus loin dans le résumé pour ne pas vous casser le suspense ou vous priver de la découverte de quelques scènes horrifiques pas piquées des hannetons. Car s’il est bien un auteur qui, depuis sa première publication il y a plus de 30 ans, n’a jamais succombé aux sirènes du politiquement correct, d’une horreur « light » ou d’un gore dilué c’est bien Masterton. « J’aime les romans courts, avoue-t-il. Les romans qui vont à l’essentiel… Et par le passé je me suis parfois laissé aller à me regarder écrire. Ce qui a donné des romans un peu longuets, je l’avoue. Avec Du sang pour Manitou, je reviens aux sources. Et aux sources du personnage de Harry Erskine également, avec ce côté décalé et son humour macabre ».De fait, le roman vous prend à la gorge dès les premières pages et se transforme rapidement en un véritable roller-coaster. On crie, on frisonne et on est agréablement surpris de voir comment Masterton parvient encore à renouveler une formule que l’on imaginerait usée jusqu’à la corde.

22:41 Écrit par Chris dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Notes de lecture

Je viens donc de terminer Pig Island, de Mo Hayder... Qui confirme tout le bien que j'avais entendu d'elle ! L'intrigue n'est certes pas neuve, mais le traitement, à hauteur d'homme, est un ravissement pour le lecteur !

J'entame aujourd'hui la lecture de L.A. Requiem, LE roman de Robert Crais que les connaisseurs considèrent comme le point de bascule vers les hautes cimes pour cet auteur de L.A. Son "Ne le dis à personne" en quelque sorte.

19:42 Écrit par Chris dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |