20/08/2007

Un délire... juste pour le plaisir

Avant la reprise des hostilités (j'attends 11 (onze !) romans pour jeudi, la rentrée est là, il faut jeter ses pierres hors de ses poches, comme disait mon grand père) je vousl livre une petite folie...

 

 

"Pourquoi les astéroïdes cherchent-ils des crosses à la Terre ?"

 

Il y a longtemps de cela, bien avant que les dinosaures ne meurent étouffés par l'odeur de leurs propres flatulences et bien avant que l'homme de cro-magnon barbu ne transporte ces conquêtes du samedi soir comme de vulgaire sac à provisions, la Terre, vaste étendue d'eau et de territoires vierges, était habitée par les Klongs. Les Klongs, une riante tribu de petits bonhommes trapus, dotés de membres très courts et d'une tête atrocement surdimensionnée. Surdimensionnée et recouverte, à l'intérieur, d'une couche d'acier trempé. Ainsi, nantis d'un encéphale démesuré, les Klongs chutaient tous les cinq pas, émettant ce bruit caractéristiques de tonneau vide qui leur donna leur nom : KLONG !. Ah ! On savait s'amuser en ce temps-là. Imaginez cette tribu de nains macrocéphales trébuchant à longueur de journée dans une joyeuse cacophonie qui n'était pas sans rappeler le tintamarre d'une centaine de canettes de soda enfermées dans un sac de plastique.

Tout aurait pu se dérouler pour le mieux dans le meilleur des mondes, entre les chutes de Klongs et les jeux de boules si Kurieu, le plus jeune et le plus téméraires des Klongs ne s'était pas mis dans la tête (à l'aide d'une excavatrice et d'un gros camion) de découvrir la fin du monde.

- Pourquoi veux-tu découvrir la fin du monde, lui demanda Grolour, le plus vieux et le plus sage des Klong avant de tomber par terre.

- Parce que je veux savoir, fit Kurieu en se relevant.

- Voilà bien une réponse de jeune Klong, répliqua Grolour en évitant de justesse son aide, Lechqu qui chutait à ses côtés. Pourquoi vouloir tout savoir ? On est si bien ici !

- Voilà bien une remarque de vieux Klong, lança Kurieu avant de partir en courant.

Et Kurieu couru. Et il tomba. En fait, il tomba plus qu'il ne couru, mais comme les Klongs vivaient à peine à trois kilomètres de la mer, Kurieu arriva bien vite au bout du monde.

Une autre question s'assaillit alors.

- Un Klong, ça flotte ?

Et il sauta.

Quelle ne fut pas surprise de constater que non seulement les Klongs flottaient, mais qu'ne plus de faire KLONG! Ils pouvaient aussi faire PLOUF!

Alors Kurieu naga. Sans tomber cette fois. Et il découvrir une île, toute ronde, avec, à chaque extrémité, une borne métallique munie d'un signe cabalistique. Sur une borne un "+" sur l'autre un "-".

Que Kurieu ne se soir pas approché de cette île et la face du monde en aurait changé le nez de Cléopâtre, de Perette et du pot au lait (proverbe Klong.).

Car sans le savoir, Kurieu avait découvert l'aimant géant que Moustabak (le Gand Créateur de toutes les choses, même le fromage râpé) avait laissé tombé en plaçant des enceintes de six mille watt à l'arrière de sa Twingo jaune citron.

Kurieu s'approcha, sentit sa grosse tête d'acier trempé aspirée vers l'aimant puis, par un curieux caprice du courant, repoussée violemment vers le pays des Klongs.

Kurieu atterrit en plein milieu du village avec sa grosse tête magnétique et ce qui devait arriver arriva : tous les Klongs se retrouvèrent collés les uns aux autres, plantés comme des crétins sur la place municipale.

La force magnétique ainsi décuplée attira dans son sillage le grand-père de tous les astéroïdes, lui qui passait simplement par là, en route pour l'Intermarché d'Alpha du Centaure.

Las! Bruce Willis n'étant pas disponible avant plusieurs millions d'années, l'astéroïde entra en collision avec notre bonne vieille Terre, annihilant toute trace de Kongs et laissant place nette pour les troupeaux de dinosaures pétomanes dont au sujet desquels je vous parlais plus haut (si, si, vérifiez, je vous assure…).

Depuis cette époque pleine de bruit, de fureur et de chaudière mal réglée, la famille astéroïde a pris l'habitude de faire un saut par chez nous à chaque fois qu'elle va faire ses courses chez Intermarché. Vraiment, quels déconneurs, ces astéroïdes.

Vous comprenez maintenant mieux pourquoi les astéroïdes cherchent des crosses à la Terre.

22:15 Écrit par Chris dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.